AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Ancienne version de ToE
 

Partagez| .

Synalis où quand les films d'horreurs ne sont pas toujours fictifs...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Synalis où quand les films d'horreurs ne sont pas toujours fictifs... Ven 8 Oct - 23:53

Nom: Inconnu

Prénom: Synalis

Age: 20 ans

Sexe: femme

Race: Mi-sirène, mi-Ombre (avec un pouet d’ange)

Description: Synalis est une jeune femme aux traits fins et délicats, les yeux bleus pâles remplient d’innocence et de bonté cette demoiselle dégage une aura qui incite le sourire. Ses cheveux lisses, d’une noirceur et douceur sans pareille, sont très souvent noués en queue de cheval terminés dans le bas du dos. La peau légèrement blanche, le corps gracieux mais manquant peut-être un peu de formes. Synalis n’en reste pas moins une jolie jeune femme. Elle porte le long du bras gauche remonté jusqu’à l’épaule, un tatouage natal où se mêle plusieurs poissons en mouvement. De plus vous la verrez très souvent vêtue de noir, couleur bien connue pour passer inaperçu.

Histoire: Níniel.
Ile située loin d’Endora dont les rumeurs les plus folles en ont éloignées depuis longtemps maintenant, les plus hardis des voyageurs…
En effet il paraitrait que quiconque osant poser le pied sur cette terre maudite perdra à jamais son humanité. Il se transformerait peu à peu en monstre sanguinaire, dépourvu d’émotions, capable de tuer et dévorer ses propres parents…
Des monstres n’ayant d’humain que l’apparence, et encore ! Un corps squelettique, une pilosité inexistante que ce soit sur les bras, les jambes ou même le crâne. Une peau blafarde et sans reflet, des yeux sans étincelles et d’acérées dents pointues. Des dents capables de déchiqueter la peau de n’importe quel animal sans difficulté, et malgré leur silhouette décharnée, une force inacceptable d’irréalité.
De parfaites créatures issues des enfers. Des bêtes affamées dignes des plus grands films d’horreur. Or, ces monstres sans pitié peuplaient par centaines. Qui sait ? Peut-être par milliers ? Cette fameuse île. La fille aux larmes, puisque telle était la signification de son nom, avait perdu depuis longtemps toute trace de sa grandeur passée.
Aujourd’hui les bateaux ne se précipitaient plus aux ports chargés de tissus somptueux, des mets les plus rares et de bijoux luxueux. Les enfants ne couraient plus entre les étales animés des divers marchands, les hommes ne regardaient plus avec connaissance les armes de qualité proposées à l’achat et les femmes ne s’interrogeaient plus sur la probabilité de tel ou tel couple en débattant de la couleur couteuse qui siérait le mieux à la future mariée.
Non. Car plus personne désormais n’osait s’aventurer dans ce lieu étrange où la mort s’était incarnée. Plus personne ne voyait l’intérêt d’aller risquer sa peau pour explorer une île sans vie.
Sans vie ?
Pas vraiment.
Les bêtes avaient un point faible. Le jour.
Ainsi, niché au cœur de Níniel, avait réussi à survivre un petit village protégé par certains de ses membres, maitre de la lumière. Cet emplacement destiné à prévenir de toutes attaques extérieures de ces monstres avait malheureusement pour défaut d’avoir isolé les rares survivants de la civilisation.
Ils auraient pu, me direz-vous, fabriquer une embarcation et se sauver de l’île. Malheureusement le bois trouvable en ce lieu était de bien trop piètre qualité pour en construire un qui tienne plus de quelques heures. Ce bois craquant et sans force n’était nullement fait pour braver la force des vagues.
Entouré de solides murailles constamment surmontées de gardes entrainés, en particulier la nuit. Le petit village de Synalis vivait ainsi dans la peur du noir depuis près d’une cinquantaine d’années lors de la naissance de cette dernière.
Fille d’un père inconnu et d’une femme (sirène dont tous ignorait l’identité) qui mourut cinq ans après lui avoir donné la vie. Synalis se retrouva vite orpheline. Mais dans un lieu comme celui-ci, ne pouvant s’étendre indéfiniment, les récoltes ne permettaient guère aux familles de prendre sous leurs ailes une bouche qui n’était pas la leur. Environ deux cent personnes composaient le village, et pas un ignorait l’existence de la jeune fille aux yeux pâles qui quémandait de temps à autre la nourriture. Alors même si la gamine était tout sourire malgré l’état décomposé de ses vêtements, même si ses sourires étaient des plus adorables quand elle se voyait offrir de quoi faire un maigre repas, personne ne pouvait se permettre de se l’accaparer à ses côtés. La petite vivait donc au gré des services qu’elle arrivait à trouver, en échange de quoi on lui donnait pour récompense un peu d’argent voir, quand les prises étaient bonnes, un peu de nourriture.
Voila à quoi se résuma la vie de Synalis durant de longues années. La journée il fallait courir à droite et à gauche, toujours avec le sourire pour se faire accepter avec plus de facilité, afin de trouver de quoi gagner un peu d’argent et la nuit…
La nuit la petite (bien que protégée par les remparts du village) se cachait les oreilles de ses mains en priant de tout son cœur pour que ces hurlements bestiaux cessent de retentir face à la lune.
Peur.
Elle avait peur.
Et rien, ni personne ne l’abritait ou ne la rassurait dans telles circonstances. Sans maison, sans parent, la jeune fille ne pouvait que se contenter de se dissimuler dans une petite ruelle et attendre le sommeil, sinon le lever du jour.
Là encore Synalis aurait pu continuer à vivre de cette manière. Elle était jolie, elle était charmante, elle était agréable. Les garçons de son âge avaient tôt fait de retourner sur son passage, happé par ce charme d’innocence qui émanait d’elle.
Oui, mais voila, toutes les « bonnes choses » ont une fin.
L’aube de ses dix-sept ans, en fin d’après-midi, la jeune femme remarqua une certaine effervescence dans l’une des familles ayant souvent recours à son aide. Le cœur sur la main, elle alla donc se renseigner auprès de ces gens. Que se passait-il ?
L’inquiétude de la matrone eut tôt fait de déteindre sur les traits de notre belle. Leur chef de famille était partit aux premières lueurs en quête de quelques baies ne poussant que dans les contrées sauvages. Elles étaient rares, mais ô combien délicieuse. Or demain serait l’anniversaire de la petite cadette, qu’elle merveilleux cadeau cela aurait-il été ! Sortir du village n’était en rien interdit et en rien conseillé. Dans la théorie, tant que l’on ne s’approchait pas trop des endroits sombres et que l’on revenait avant la tombé de la nuit, il n’y avait rien à craindre.
Cependant l’homme avait juré son retour pour le déjeuner, et était attendu depuis maintenant cinq bonnes heures.
Ni une ni deux Synalis se dévoua pour partir à se recherche et faire du mieux qu’elle le pourrait pour le retrouver avant la nuit tombé. La peur de perdre son aimé primant par-dessus tout, la femme ne sut refuser cette aide inopportune.
L’angoisse sérieusement accroché au ventre, déglutissant une dernière fois, Synalis franchit pour la toute première fois les portes de la ville.
Cela devait malheureusement être la dernière…
La jeune femme erra en effet longuement dans les bois sans trouver âme qui vive. D’un certain côté cela la rassurait, mais de l’autre l’inquiétait. Elle se sentait tout bonnement incapable de rentrer sans cet homme qui lui avait à tant de moment porter secours.
Et elle chercha, chercha, sans rien trouver. Jusqu’à ce que… Là ! Une forme humaine !
Pleine d’espoir Synalis se précipita vers la silhouette et découvrit celle de son bienfaiteur. Heureuse d’un tel dénouement la jeune femme l’appela. Le terrain était escarpé, mais non loin du village. Tant mieux ! Le soleil se couchait très dangereusement.
Il s’avéra vite que l’homme était blessé, boitant péniblement sa vitesse n’atteignait pas de grandes pointes. Se précipitant alors à son secours elle proposa ses épaules comme béquille. Il n’était plus l’heure de paresser. Le silence complet régnant dans la forêt ajoutant à l’ambiance lourde et tendue. Synalis serra les dents en pressant le pas. A ce rythme ils n’y arriveraient jamais !
Et mer*e !
Son regard remonta lentement sur la falaise à gravir. Un dernier effort ! En haut, juste en haut se trouvait le village. Avec un peu de chance les gardiens les remarquaient et les protégeraient jusqu’à leur entrer.
Avec de la chance… Donnant tout ce qu’elle avait elle apporta son soutien du mieux qu’elle pu à l’homme blessé, jusqu’à ce que retentisse dans son dos le cri si caractéristiques et diaboliques des monstres anciennement humains. Son sang se glaça dans ses veines.
La chasse était ouverte !
Cette alarme eut au moins l’effet positif d’activer les gestes du grimpeur masculin. Coulant peu à peu dans ses veines, l'adrénaline lui enjoignait de bouger vite plutôt que de s’attarder sur une douleur factice.
Un bruissement.
Synalis, accrochée au rocher tenta un regard vers l’arrière. Un hoquet de frayeur la prit. Le monstre était là. Les yeux sans éclat injectés de sang, toutes dents dehors, la bête s’élança avec rapidité sur le duo. Ces derniers se mirent aussitôt à hurler de frayeurs et à activer leur monter. C’était sans compter sur le bond prodigieux de l’ex-humain qui rattrapa son retard d’un seul coup. Etait-ce un manque de chance ? Toujours est-il qu’il arriva pile à hauteur de la demi-sirène et que, trouvant la proie à son gout, il la mordit au niveau de l’arrière du cou. Elle cria de douleur tout en tendant désespérément une main à celui qu’elle était venue aider. Lui était arrivé en haut, il n’avait qu’à frapper le monstre, le faire tomber et accepter la poigne de Synalis pour la sauver.
S’il te plait…
Elle ne voulait pas être dévorée…
Au lieu de cela il fixa avec horreur les dents de la bête plantées dans la chaire de la jeune femme et donna un violent coup de pied dans cette dernière. Surprise elle ne put que lâcher sa prise en regardant dans les yeux celui qui la condamnait. Par chance, ou pas… ce fut le monstre qui amortit la chut en se fracassant violement le crâne contre le sol. Se dépêchant alors de se sauver Synalis trouva tant bien que mal un refuge dans l’île.
Aujourd’hui encore elle se demande comment elle fait pour ne pas être remarquée par ces êtres sanguinaires. Son côté ombre lui sauva surement la vie ce jour-là… Malgré cela, lorsque le lendemain elle se présenta aux portes de la ville en ayant bandé se blessure comme elle l’avait pu, on lui refusa durement l’entrée :

- Tu as été mordu ! Tu es contaminée. Tu vas devenir l’un des leurs. Vas-t-en ! Lui ordonnait-on.

Il était vrai que ce virus se transmettait très facilement par le sang, la salive et autres. Il était aussi vrai que tous les contaminés s’étaient vu, eux aussi, changé en bête après leur blessure.
Pourrait-on dire que Synalis bénéficiait d’une immunité naturelle ?
Surement, car jamais elle ne se transforma, Mais jamais on le re-accepta dans le village. A partir de ce jour, toutes tentatives d’approche se voyaient récompensées par une pluie de pierres et de magie.
N’approche pas !
Tu nous fais peur !
C’est la que le cauchemar de Synalis débuta véritablement. Rejeté des siens, condamné à errer dans un environnement où la moindre erreur lui serait fatale, la jeune femme apprit l’art de la dissimulation et de la chasse. Elle apprit à se nourrir de ses cueillettes, à débusquer le petit gibier qui échappait aux monstres, à tout endurer quel que soit son état physique, malade, frigorifiée… Crié, hurlé, sauté, tout ces petits gestes anodins lui étaient maintenant interdit sous peine d’attirer à elle ses prédateurs les plus dangereux.
Trois ans, ce fut trois ans qu’elle passa dans ces conditions. Dans une terreur absolue, à se cacher comme elle le pouvait du moindre bruit suspect. Ainsi si on omettait la peur qui lui broyait les entrailles à chaque instant, Synalis aurait pu continuer à vivre de cette manière indéfiniment. Mais par réflexe où habitude elle restait quasiment perpétuellement au côté du village, car rien ne peut remplacer la chaleur humaine, et même si on ne la voit que de loin… on désire la conserver à ses côtés. Du moins c’est ce que notre protagoniste voulait. Elle qui ne se rappelait plus de sa mère, elle qui n’avait pas le souvenir d’avoir une seule fois été prise tendrement dans des bras protecteurs…
Pour Níniel tout dérapa peu après les vingt ans de Synalis. Cette dernière ne comprit jamais ce qui s’était passé, mais une chose était sûre, ce n’était pas naturelle. Comme si les gardiens avaient oublié de faire leur boulot… C’était impossible !
Une nuit sans lune, dissimulée de son mieux elle perçu les cris bestiaux mélangés aux…
Non !
Son sang se figea dans ses veines.
Pourquoi les villageois hurlaient-ils de cette façon ?! On les dirait effaré, souffrant…
Ne pouvant rien faire, les larmes se mirent à ruisseler sur les joues de la demi-sirène. Sa raison avait compris, mais son cœur s’y refusait.
Qu’aurait-elle pu faire en les rejoignant ? Mourir avec eux ?
S’autorisant pour la première fois un acte imprudent, Synalis fit naître une minuscule boule de lumière entre ses paumes. Elle ne pouvait faire mieux pour se rassurer, raison pour laquelle il lui aurait été impossible de devenir gardienne. Sa maitrise était loin d’être assez efficace, juste bonne à illuminer la nuit.
Et elle pleura, pleura. Versa des larmes pour tous ses morts pour qui elle ne pouvait rien faire. Après tout de sa dague…elle ne savait qu’en faire le B.A.BA pour la survit, c'est-à-dire dépecer des petits animaux et tailler du bois.
Lorsque le matin se leva plus un bruit ne se propageait à l’horizon. Tendue la demoiselle se rendit sur les lieux du drame.
Sa gorge se noua.
Des corps gisaient ça et là, déchiquetés de la plus horrible des manières. De temps à autre Synalis apercevait un bras ou une jambe, seule, épargnée…mais inutile.
La nausée commençait à lui monter à la tête.
Sortir, de l’air, vite.
La jeune femme courue, dégagea de ce village à présent bel et bien mort. Une île où ne résidait plus une seule âme humaine.
Elle tomba à genoux sur le rebord d’une falaise, face à la mer.
Une seule âme humaine, si… la sienne. Elle ferma les yeux et serra les dents. Jamais elle n’avait ressentit plus grande solitude. Elle était seule, complètement seule.
Pourquoi continuer de vivre ?
Comme au ralentit elle tendit la main vers le vide et se laissa lentement emporte vers le bas. Elle glissa doucement et bientôt ne fut plus capable de se retenir.
Elle chuta.
Sans une expression la demi-sirène s’ignorant encore plongea dans l’eau sombre. Elle se laissa couler, immobile en finir maintenant, tout de suite…
L’air s’amenuisa dans ses poumons et bientôt ne fut plus. Dans cette situation le plus banal des réflexes est d’inspirer. Alors le corps reprenant les commandes sur la volonté la jeune femme inspira. Malheureusement elle se trouvait dans l’eau… Ses poumons se remplir de liquide salé par grandes goulées.
Souffrance.
La douleur lui faisant reprendre contenance Synalis se mit à cracher, tousser … et inspirer.
Tout cessa aussi rapidement que cela était survenu.
Toujours dans l’eau, toujours vivantes. La femme-poisson ne comprit pas immédiatement son état, puis elle sentit un changement dans sa silhouette. Ses yeux se posèrent sur ses jambes.
Non.
Elle n’avait plus de jambes, mais une immense queue de poisson noire, en alliance avec ses cheveux. Quelques battements pour la tester et enfin elle remonta à la surface. Ses yeux se posèrent sur le rivage. A une vitesse terrifiante elle fit une dernière fois le tour de son lieu de naissance. La mort en avait enfin prit le total contrôle…
Synalis jeta un dernier regard à Níniel, et plongea dans les abîmes de la mer. De là elle nagea beaucoup, se nourrit comme elle le put, fut attaquer par d’étranges bêtes aquatiques qu’elle eut tôt fait de semer, pour finalement être de nouveau confronter à un rivage.
Doucement, peureusement, elle sortit la tête de l’eau…

Caractère: Synalis est une personne d’une grande douceur, gentille comme tout, le cœur sur la main, elle est prête à aider quasiment tout le monde pour presque, voir rien du tout. En ce qui concerne sa timidité, celle-ci peut varier. Ainsi, si elle se retrouve dans le besoin elle n’hésitera pas à demander un petit boulot, sinon elle est le genre d’individu à brider complètement ses envies et ses désires pour satisfaire autrui. Jamais elle n’imposera quoique ce soit, à qui que ce soit. A toujours errer dans les rues de son village, Synalis a bien vite compris qu’elle était plus un poids qu’autre chose, elle en est d’ailleurs venue à cette conclusion que son exclusion avait été facilité parce que personne ici-bas ne voulait de sa présence. Fixez-la dans les yeux et c’est elle qui détournera le regard. Autre point très important, Synalis à une peur quasi panique du noir (normal quand on sait que la nuit est pour elle synonyme de rencontre avec les créatures de la mort). Dans ce cas elle ira donc se cacher du mieux qu’elle le peut en tremblant de tout son être. La nuit la terrorise, le noir la terrifie.
( HJ/ Son caractère est assez complexe, ou du moins difficile à expliquer. J’essaie de vous le décrire au mieux, mais c’est plutôt compliqué, donc à la limite n’en retenez que les grandes lignes (enfin retenir…^^’) et moi je me débrouillerais pour être plus explicite par la suite Wink)

Monture: Aucune.

Signe spécial : Des tatouages représentant des poissons le long de son bras droit, allant du coude jusque à l’omoplate qui dissimule habilement une morsure d’allure humaine faite dans le dos au niveau du cou.

Clan : Qu’est-ce qui arrange le plus ?

Pouvoirs: A voir Wink

Côté: Neutre

Classe: Femme perdue

Code : code validé

Ancien Endorien : hélas… *SBAF* Vous avez devinez?

Où avez-vous connu le fow ?


Dernière édition par Synalis le Dim 10 Oct - 0:52, édité 1 fois
avatar


Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 08/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Synalis où quand les films d'horreurs ne sont pas toujours fictifs... Sam 9 Oct - 0:44

Oo je crois savoir qui c'est...
Enfin j'suis pas sûre donc j'me tais. bounce
XD sinon, la fiche est sympa.
avatar


Nombre de messages : 429
Localisation : Au dessus des terres cultivées
Race : Elfe noir. Quoique....
Clan : 'na pas ^^'
Perso principal : Ciun
Date d'inscription : 28/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Synalis où quand les films d'horreurs ne sont pas toujours fictifs... Sam 9 Oct - 10:52

j'aime vraiment le caractère de ton perso mais mon perso ne s'entenderas pas avec le tient c'etst moi qui te le dit xD
avatar


Nombre de messages : 75
Age : 20
Localisation : Réunion
Race : Vampire
Clan : Clan des Ténèbres
Perso principal : Toudis
Date d'inscription : 25/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Synalis où quand les films d'horreurs ne sont pas toujours fictifs... Sam 9 Oct - 11:35

J'aime (y)
L'histoire est chouette, je trouve.
(la description des monstres me fait penser aux mutants du film 'Je suis une légende' x))
Et comme Ciuni, je suis pas sure de qui c'est, alors je dis rien ._.
avatar


Nombre de messages : 57
Localisation : /
Race : Vampire
Clan : Ténèbres, mais elle est peu rattachée a celui ci.
Perso principal : Gabrielle
Date d'inscription : 26/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://matricule192.forumactif.com/forum.htm
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Synalis où quand les films d'horreurs ne sont pas toujours fictifs... Sam 9 Oct - 12:55

Rebienvenue Smile
avatar


Nombre de messages : 584
Date d'inscription : 09/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Synalis où quand les films d'horreurs ne sont pas toujours fictifs... Sam 9 Oct - 23:32

Merci =) Allez dites on ne sait jamais et puis ce n'est pas grave si vous vous trompez Wink
et oui Kaelyn tu as en partie raison pour mon inspiration (tout simplement parce que ce film m'a traumatisé, pas dans le sens où il fait peur (ça reste acceptable même si je suis une froussarde XD) mais je n'ai pas put m'empêcher de penser qu’il y a longtemps que je me serais tirée une balle à se place ^^’) En plus quand tu les vois… sérieux ils me foutent la frousse. Bon maintenant je vous ai donné des indices, vous savez que je suis sadique au point de faire subir à mes perso ce que moi-même je ne pourrais pas du tout supporter. ^^’
avatar


Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 08/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Synalis où quand les films d'horreurs ne sont pas toujours fictifs... Dim 10 Oct - 1:16

Pwa, j'sens j'vais dire une grosse connerie, mais bon.
Ewanaë?
Voila, c'était pas ça bounce
avatar


Nombre de messages : 429
Localisation : Au dessus des terres cultivées
Race : Elfe noir. Quoique....
Clan : 'na pas ^^'
Perso principal : Ciun
Date d'inscription : 28/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Synalis où quand les films d'horreurs ne sont pas toujours fictifs... Dim 10 Oct - 10:59

Hé ben si \o/ c'est mwa =)
Pourquoi étais-tu persuadée de dire une bêtise? (la preuve Wink)
avatar


Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 08/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Synalis où quand les films d'horreurs ne sont pas toujours fictifs... Dim 10 Oct - 17:12

C'était ça???
C'est vrai??
Ouéé!!!!Je suis trop forte =D
Moi en force XD bon, ma gueule bounce
avatar


Nombre de messages : 429
Localisation : Au dessus des terres cultivées
Race : Elfe noir. Quoique....
Clan : 'na pas ^^'
Perso principal : Ciun
Date d'inscription : 28/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Synalis où quand les films d'horreurs ne sont pas toujours fictifs... Dim 10 Oct - 19:38

Pas le temps d'administrer tout ça mais tu peux commencer à jouer o/
avatar


Nombre de messages : 66
Localisation : Dans un lit ? 8D
Race : Mi-Elfe Noir/Mi-Ombre
Clan : Solitaire
Perso principal : Kara
Date d'inscription : 28/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Synalis où quand les films d'horreurs ne sont pas toujours fictifs... Dim 10 Oct - 19:54

Oki merci \o/ <3
avatar


Nombre de messages : 161
Date d'inscription : 17/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Synalis où quand les films d'horreurs ne sont pas toujours fictifs...

Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas

Synalis où quand les films d'horreurs ne sont pas toujours fictifs...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ancien Endora :: BIENVENUE :: Personnages pré-créés-