AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Ancienne version de ToE
 

Partagez| .

entre meurtiers (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: entre meurtiers (PV) Mer 9 Juin - 21:45

Dans une bâtisse luxueuse, après le silence de la nuit -de la mort-, le vacarme de la compréhension éclatait. Les domestiques hurlaient d'horreur et de frayeur. Tout simplement logique. Leur maître gisait éviscéré, de profonde entailles laissant à nus ses boyaux pour la plus-parts déjà étalés sur le sol. De toute évidence le meurtrier se fichait bien de laisser des indices; le corps d'un serpent dont le queue était introuvable avait du frétiller à coté de la tête du maître gisait encore. Le maître était un guerrier, qui avait pu le détruire dans cette paisible maisonnée?


-------------

Une ombre ailée survolait firewall. Le silence d'un espion? Non. Et loin de là. Ses serpents sifflaient furieusement sur sa tête et ses ailes claquaient dans un vol doté d'une grâce sauvage et meurtrière. Enfin la gorgone repéra ce qui lui avait valu l'apparition de cette flèche noire. Une unique et faible lueur dansait encore devant une fenêtre ouverte.
Un elfe d'une quarantaine (mais encore dans la force de l'age) d'années avait lâché un grimoire en sentant une menace approcher. Ses yeux s'écarquillèrent devant Méduse perchée sur le rebord de la fenêtre avec un sourire cruel. Sachant qu'en combat singulier il n'avait aucune chance, le guerrier devint invisible. Le sourire de la gorgone s'agrandit devant cette idée qui allait pour une fois lui rendre la tâche plus compliquée et amusante. Tout les serpents de sa chevelure se tournèrent vers le bruit d'une lame que l'on tire de son fourreau. Les yeux de la gorgone étant inutiles elle les ferma pour se concentrer sur son ouïe et les particules d'air qu'elle pouvait analyser avec sa langue fourchue.
L'elfe ne lui laissa pas le temps de le localiser et glissa vers elle sans le moindre bruit. Sentant que quelque chose se déplaçait la gorgone glissa de la même façon. Elle ne peu éviter l'arme; celle-ci entama son bras. Mais s'en était finit de l'elfe. Remontant son autre main le long de l'arme pour saisir avec force le poignet de l'homme. Avant qu'il n'hurle, l'autre main griffue le saisit à la gorge.

Bye.

Les ongles s'enfonçaient dans la gorge de l'homme. Dans un ultime mouvement pour sauver sa vie il balança son épée pour trancher la tête à son attaquante. N'importe qui n'ayant que deux yeux serait mort. Mais pas Méduse. D'un discret mouvement elle se décala mais un des serpent ayant échapé à sa vigilance fut simplement tranché.
De fureur la gorgone laissa son immonde langue menacer le visage qui sous son invisibilité devenait pourpre. Sans lâcher sa gorge elle lacéra son ventre avec une vigueur surprenante. Si ses ongles ne contenaient en eux-même aucun poison, il avait quelque chose dans leur consistance qui détruisait les cellule comme de l'acide.
Puis sa besogne accomplie elle partie sans changer le cadavre en pierre.

-------------------------------------------

L'Organisation savait sans doutes déjà ce qu'il s'était passé huit heures plus tôt.
Le serpent coupé ne pouvait repousser comme une dent. Il ne restait plus qu'un moignon brulé (grâce à une tison) invisible sous le reste de la masse grouillante.
Encore tachée du sang de l'elfe elle ignora un lac qui aurait pue la débarrasser. ''pan envie''.
Sa langue flaira une autre odeur. Un autre elfe voilà qui promettait d'être encore plus amusant. Elle se percha dans un arbre à l'affut. Le propriétaire de cette effluve approchait et son air irascible n'encourageait pas au bonjour. Une boule de poile dorée le suivait.

Mais que voici? Un lutin sombre et son chaton.

De doute évidence l'elfe noir avait sentit sa présence mais soit aait préféré l'ignorer soit ne l'avait pas encre repéré. Méduse sauta tout simplement de plusieurs mètres en se servant de ses ailes comme d'un parachute. Sa réception trop souple pour être humaine faisait plus penser à une gerbe d'eau qui s'écrase pour se redresser qu'à une quelconque danse.

Mais c'est que ton humeur massacrante devrait me faire peur?! Que fais-tu ici?

Habituellement elle se contentait de siffler ou d'agir comme si elle était normale mais une lueur folle luisait dans son regard; la douleur.
avatar


Nombre de messages : 71
Race : Gorgone. La dernière.
Clan : Terre. Elle la maitrise sous sa forme originelle; la roche.
Perso principal : Le poney raté 8D
Date d'inscription : 02/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: entre meurtiers (PV) Ven 11 Juin - 10:33

L’esprit fourmillant de pensées plus ou moins sombres, Isas marchait paisiblement aux côtés d’Ingwë. Il se fichait pas mal d’avoir eu à tué ce qui était désormais pour lui, des ex compagnons. Mais il ne pouvait s’empêcher de se demander ce que faisait le clan Eressëa, nom porté bien ironiquement maintenant, dans le clan de l’air. Dans un certain sens cela était assez logique. Ils étaient en territoire ennemi, donc un sale coup devait avoir bientôt lieu, ou avait déjà eu lieu…
L’elfe haussa les épaules. Que les gens meurt n’étaient pas son problème, ils n’avaient qu’à être plus fort…
Ce fut le la voix griffon qui le tira de ses réflexions :

# Isas, Isas…# Soupira-t-il. # Combien de fois ne t’ai-je répété que tu faisais peur à tout le monde quand tu donnes l’impression que tu vas tuer tout ce qui bouge ? Essais un peu d’avoir l’air un tantinet aimable quoi ! C’est tout de même pas bien compliqué.#

L’elfe jeta un regard en coin au griffon qui s’était raidi :

# Il faut croire que même avec cette expression, tout le monde n’a pas peur de moi…#

Et en effet, quelques secondes plus tard une voix jailli des branches. Le regard d’Isas devint encore plus noir qu’il ne l’était et ses paroles furent aussi glaçantes que du givre :

# Elle nous a bien appelé lutin et chaton ?# Demanda-t-il remplis d’irritation.

Ses yeux se braquèrent alors sur l’intruse au moment où elle daigna sortir de sa cachette. A son apparition il ne pût s’empêcher de lever un sourcil. La créature qui se tenait devant lui n’était pas banal. A vrai dire on croisait assez peu souvent un être couvert de serpent :

# Isas fais gaffe !# Réagit le premier Ingwë. # Je croyais qu’elle n’était qu’une légende, mais si c’est bien Méduse alors ne la regarde surtout pas dans les yeux !#

- Je sais !

Cette fois-ce l’elfe avait parlé de vive voix, son ton toujours aussi tranchant. Toutefois il avait beau savoir et beau ne pas la regarder dans les yeux… Cela ne l’empêchait pas de se tenir droit et fier devant elle. Au lieu de cela ses yeux de félin parcouraient son corps et les divers muscles qui s’agitaient sous sa peau. Il devrait donc combattre de cette façon, oui, parce qu’Isas n’était pas d’une excellente humeur (quelle surprise !) et que cette immondice l’avait titillé plus que de raison :

# Elle n’a pas l’air nette.# Constata le griffon.

- J’en ai rien à faire. Répondit Isas en tirant son katana. Contente toi juste de rester derrière et de ne pas interférer.

Autour le silence se fit. Pour sa part Ingwë recula et veilla à rester en vue de la scène sans pour autant gêner, si cela devait arriver, alors il bougerait en même temps qu’eux.
Entre les deux êtres un rayon de soleil s’accrocha sur la fine lame d’Isas, Anfauglith, poussière d’agonie… Elle avait hâte de reprendre le combat :

- J’espère pour toi que tu n’es venue me voir que dans le seul but de mourir… Quant à ta question… je ne suis nullement disposé à te répondre, mais je pourrais te la retourner.

Disant cela il avait tendu le katana droit devant lui, direction le cœur de la bête.
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: entre meurtiers (PV) Mar 22 Juin - 17:12

Un bloc de pierre se détacha du sol comme par magie pour percuter avec une violence effroyable l'arme de mort. N'importe qui aurait lâché l'épée sous un tel assaut ou aurait eu le poignet brisé. Mais pas l'elfe. D'un habile mouvement ou avec une grande résistance? Toujkours est-il que son poignet n'était pas en miette.

Que les festivité commence mon chou.

Bruissement de feuilles.
Derrière toi. Non, regarde. Face. Coté.
Rires.
Lorsque l'arme manqua de très peu de la tuer la gorgone perdit tout sourire.

Tu refuse de me regarder?

Elle pouvait en faire de la pierre sans même qu'il ne l'observe. Mais ce n'était pas bien plus amusant ainsi. Pour titiller les nerfs de son adversaire, une petite poignée de la fourrure de petit griffon se transforma en minéral ainsi qu'une mèche de cheveux du combattant. Grosse erreur.
Sous les pieds nus de la gorgone les aiguilles et feuilles mortes se durcirent. L'étrange engourdissement se répandit, grimpa le long d'un tronc. Avec un peu d'imagination elle aurait pu entendre l'arbre hurler. Cette gangrène de pierre se trainait lentement vers le duo comme un horrible monstre rampent.
À trop se prendre au sérieux on se met en danger. Philosophie que la folie rejette.


HJ: Pitoyable T-T
avatar


Nombre de messages : 71
Race : Gorgone. La dernière.
Clan : Terre. Elle la maitrise sous sa forme originelle; la roche.
Perso principal : Le poney raté 8D
Date d'inscription : 02/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: entre meurtiers (PV) Dim 27 Juin - 11:55

L’être…non… le monstre qui se dressait devant Isas portait des coups violents. Des coups violents balayés comme des fétus de pailles par l’elfe.
Regard d’encre, aura plus que jamais menaçante, pesante, mortelle, étouffante.
Méduse, la gorgone venait de commettre l’irréparable.
Elle avait touché, elle avait osé poser sa magie sur le griffon.
Sur Ingwë.
Le trésor d’Isas. Ce dernier poussa un rugissement terrible et ce ne fut pas l’épée qui cueillit l’être, mais une rafale.
Non.
Un tourbillon, un cyclone qui frappa de plein fouet l’abomination qui se tenait face à l’elfe. Méduse tourna un instant dans les airs, prise dans des courants qu’elle ne pouvait comprendre, qu’elle ne pouvait contrer. Lorsqu’enfin, elle toucha terre avec fracas. Isas ne lui laissa pas de répit et brandit à une vitesse sur réelle son katana vers sa tête.
Comment fit-elle ? Nul ne le sut. Mais la gorgone le para et les deux adversaires durent de nouveau se faire face.
Certes l’elfe ne regardait pas ses yeux, mais il basait ses mouvements sur la moindre crispation des muscles de la femme, ses moindres frémissements lui permettait d’anticiper ses attaques. La véritable machine à tuer qu’Isas avait refoulé depuis si longtemps et qu’Ingwë avait eu tant de peine à canaliser refaisait peu à peu surface.
L’elfe sentait en lui son sang battre plus fort, sa maîtrise terrestre et aérienne s’affiner plus encore.
Ils étaient trois : L’air, la terre et l’elfe.
Ils étaient un.
Des brises menaçantes filaient entre les arbres frissonnant de rage se mêlant aux cheveux du démon aux yeux de chat.
Derrière le griffon ouvrit de grands yeux effarés, se terra au sol comme un jeune chiot apeuré. Voir Isas dans un tel état avait toujours quelque chose d’immensément angoissant. Comme si l’elfe n’était plus, comme si une bête dont le seul souci était de voir couler le sang avait pris sa place.
Isas serra plus fort sa ma main sur la garde de son katana aux entrelacs d’ébène. Il sentait frémir la joie d’Anfauglith. Enfin un combat sans retenue aucune.
L’elfe s’élança alors, portant coup sur coup à son adversaire. Qu’elle essai donc de le changer en pierre, il arrêterait cette transformation immédiatement. La pierre et lui, la nature et lui étaient en parfaite symbiose. Toujours est-il que résister à un Isas dans un tel état de rage révélait d’une grande puissance. Elle était vive il faut l’avouer.
Elle esquivait les divers pics de bois surgissant à toute vitesse du sol, peut être ses milliers d’yeux reptiliens l’aidaient-ils ? Mais il fallait aussi compter avec les poussées d’air envoyées sur la gorgone dont le but était de la déséquilibrer. Toujours est-il que les deux monstres se faisait face l’un à l’autre et nul ne semblait en état de vouloir céder sa victoire.
L’elfe repassa alors à l’attaque à l’arme blanche, au plus grand bonheur du katana.
Vitesse surréelle qui se déchainait alors sur la femme qui n’eut d’autre choix que de reculer. La force qui s’abattait sur elle dépassant de bien loin celle d’un homme pourtant déjà puissant.
Le combat se déroula donc ainsi. Mélange de magie et de corps à corps dans les deux camps. Pour qui passerait par là après l’échange de la bataille…
Incapable il serait de reconnaître les lieux.
Chez Méduse comme chez Isas la respiration se faisait plus courte. Ils n’étaient pas forcément épuisés, mais l’effort commençait à se faire ressentir. Pour sa part l’elfe bouillonnait de ne pouvoir porter de coup décisifs à cette… (HJ/ La politesse exigée sur se forum m’empêche de traduire les pensées de monsieur Isas. Je vous prierais donc de bien vouloir me pardonner de ne point finir cette phrase XD)
Isas s’avança de nouveau, l’épée au clair, la mort à porté de main. Concentrer uniquement sur ce combat dont ne dépendait non pas sa vie, mais ce qu’il estimait être son honneur, sa fierté. Il n’appréciait guère se faire insulter par des inconnus. Il ne pouvait en revanche supporter que l’on touche ne serait-ce qu’une plume de son compagnon.
Cette idée le fit frémir une nouvelle fois, ravivant sa haine déjà brulante.
Il s’élança. Par quelle chance y eut-il, par quel acte provoqua-t-il la faiblesse qui se créa pendant une fraction de seconde dans la garde de Méduse.
Nulle ne le sut. Mais Isas n’en demanda pas plus. Un temps infime dans la baisse de conscience de son adversaire et il signait son arrêt de mort.
Comme un poison insidieux l’elfe se faufila dans cette brèche et transperça avec violence Méduse de part en part au niveau du bas ventre. Le katana toujours dans la chair, Isas le fit bifurquer à l’horizontal et le sortit avec force au niveau de la hanche, emportant avec lui morceaux de chair écailleuse et quantité de sang poisseux. Continuant son mouvement il réalisa un 360 degrés pour revenir face à son ennemi et planta son arme dans le cœur encore battant de la gorgone. Un sourire mauvais, les yeux brillant d’une lueur démoniaque il osa enfin regarder dans les yeux la Méduse dont la vie quittait peu à peu le corps :

- On ne me provoque jamais sans conséquence... Murmura Isas avec une intonation glaciale.

Il laissa l’épée plantée dans la poitrine de la femme-serpent jusqu’à ce qu’elle ait complètement fermée les yeux, puis abaissant lentement son arme il observa le corps glisser le long de la lame pour enfin s’écraser au sol.
Il était rare de voir l’elfe sourire autant. A vrai dire il était même à deux doigts d’éclater purement et simplement de rire.
Il n’y avait pas à dire.
Tuer était jouissif.
Il inspira à plein poumon en fermant les yeux. L’air ne portait plus son message de mort, la terre ne réclamait plus de sang. Le carnage était finit.
Ingwë se redressa un peu, pouvait-il approcher ? Il était quasiment certain que oui. Mais prudence est mère de sureté.
Après un temps donc il s’approcha de l’elfe :

# Isas ?# Hésita-t-il.

L’interpellé se retourna et lui jeta un regard interrogateur face à l’air intimidé de son compagnon. Ce dernier grommela :

# Tu fais vraiment peur quand tu es dans cet état là…#

Isas resta un instant silencieux. Il ne savait trop que dire, aussi haussa-t-il les épaules en observant le cadavre au sol :

- On y va ? Demanda-t-il.

Le griffon hocha la tête entrainant donc le couple vers une destination nouvelle.


HJ/ Navré pas trop d’inspiration et je ne savais pas trop ce que tu voulais. Dis moi s’il y a quelque chose qui ne te va pas ^^.
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: entre meurtiers (PV)

Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas

entre meurtiers (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ancien Endora :: Clan du Feu-